Chapitre 2 : Ne parle pas de chose que tu ignores





Nos amis se précipitèrent dehors et ils furent éblouis. Un soleil magnifique illuminait Flanoir et la neige, sous l'influence de cet ami habituellement fuyant, brillait d'une blancheur éclatante. Ce spectacle éclipsa même la raison de leur sortie si rapide. Cependant leurs mémoires les arrachèrent à cette contemplation. " Où est Zélos ? Et qu'a-t-il fait à Régal ?". Pas besoin de lire dans les pensées pour savoir que ces questions tournaient dans les têtes.

" Il est là !"s'exclama Génis en pointant du doigt le mur d'enceinte qui protège Flanoir du blizzard. En effet il se tenait debout, immobile, le visage fermé et affichant une concentration intense.
"- Mais qu'est-ce qu'il fait ? Il a l'air bête comme ça, je ne vois pas comment il peut détruire Flanoir...remarqua Lloyd.
- Génis, tu ressens la même chose que moi ? interrogea Raine.
- Oui, je sens une grande concentration de mana. Mais qu'est que cela veut dire ?
- Une seule chose, j'en ai peur : Jugement Divin.
- Quoi ?! Tu veux dire le sort... commença Sheena.
- Peuh ce n'est qu'un sort ! interrompit Lloyd.
- Euh tu te rappelles du dragon géant qu'on a affronté pour aller sauver Colette ? lui demanda la ninja, légèrement moqueuse.
- Ah oui le gros poulet aux hormones ! Et ?"
Il n'avait pas besoin de réponses, cela s'était imposé à lui avec la force et la rapidité d'un éclair.
"- Que peut-on faire professeur ? questionna Colette.
- On va combattre le feu par le feu : nous allons allier nos forces pour contrer son attaque !
- Tu crois qu'on a une chance ?
- Jouons le tout pour le tout, on aura sans doute une chance... Bien, préparez-vous, nous sommes suffisamment nombreux pour réussir. "
Le temps est inflexible. Les secondes s'écoulèrent les unes après les autres sans que rien ne puisse perturber ce décompte. Notre perception du temps est alors aussi fluctuante que la surface de la mer agitée par une douce brise. Ainsi le bonheur s'accroît tandis que la honte se traîne... La concentration produit un effet semblable. Pendant une minute entière, le temps semble s'étirer lentement, il se tortille comme une chenille dans l'espoir de devenir le plus fin possible, comme un torrent qui voudrait redevenir un mince filet d'eau. Ca y est ! Il s'écoule maintenant goutte à goutte. La minute s'est écoulée comme si elle avait durée une heure. Une longue heure durant laquelle l'aiguille avait vagabondé à son rythme.

Kagayaku mina no moto
Chi wo hau kegareshi tamashii ni
Sabaki no hikari wo ame to furasen
Ansoku ni nemure
Tsumibukaki mono yo

Jajjimento !


Ces mots les ramenèrent brusquement à la réalité. Une colonne de mana rosé fendit le ciel, cacha le soleil et pétrifia les "prêcheurs". Pas pour longtemps, fort heureusement. Et comme une seule personne, le groupe lança leur attaque. Le simili canon à mana de Sheena n'était pas aussi réussi qu'elle le souhaitait. Normalement, il faut invoquer chaque Esprits et effectuer un rituel qui prend du temps. Lloyd et Préséa partagèrent une partie du pouvoir de leurs exsphères. Le lien qui uni inconsciemment les six amis était si fort qu'ils ont équilibrés leurs forces. Personne ne risque de se vider de son mana. Les deux mages lancèrent un rayon de mana de la plus haute qualité. Colette, pendant tout ce temps, avait récité une mélodie qui redonne force et courage : le fameux Chant sacré.

Flash éblouissant de lumière blanche, onde de choc, vacarme infernal. La plus grosse explosion des deux mondes secoua Flanoir, purifia les cieux, remua les mortels et disparut comme elle était apparu : par magie. Une fois les choses revenues à la normale, Zélos sauta en bas du mur et, en s'avançant légèrement, il se rapprocha du groupe avec lequel il avait tant partagé. Un silence plus lourd que la neige environnante s'installa. Ils regardèrent l'élu comme s'ils ne l'avaient jamais vu. Pas de sourire en coin, un petit quelque chose dans les yeux faisant irrémédiablement penser à de la tristesse. Une seule personne est capable de briser ce silence...

"- Yggdrasil va être heureux de te revoir Colette, annonça le rouquin. Tu lui as vraiment manqué.
- Zélos tu es une ordure ! Tes parents ne t'ont jamais rien appris ou quoi ?! J'avais confiance en toi ! Pourquoi tu m'as trahi, sale rat ? Tu es pire que Kratos ! Tu n'es rien d'autre qu'un pervers !" enragea Lloyd.
En cette fin de journée le soleil avait réchauffé toute la ville de glace. Mais à l'endroit le plus agité, l'atmosphère était froide et un peu effrayante. La déclaration de Lloyd eu un effet considérable sur Zélos. Un sentiment que tous lui croyait inconnu était apparu sur son visage : la colère. Sheena fut la plus surprise par cette révélation : elle connaissait mieux l'élu que les autres et pourtant, c'était bien la première fois qu'elle le voyait dans un tel état, la rage déformant chacun des traits de son visage. Il s'avança vers Lloyd et le souleva avec une seule main. Une fois la surprise passée il eut un mouvement vers ses épées, mais avant qu'il n'ait eu le temps de les dégainer, Zélos l'avait déjà projeté vers le mur. Le jeune homme n'eu aucun mal à se rétablir mais un coup de poing dans l'estomac lui coupa le souffle. Le bruit qu'avait fait le poing de Zélos dans l'armure métallique que Lloyd avait sous sa veste retentit comme une deuxième explosion. Le choc l'envoya contre le mur, celui-là même que venait de quitter Zélos. Incapable de bouger, il entendit un murmure prononcé par une voix à la fois douce et menaçante.
"- Ne parle pas de choses que tu ignores, la prochaine fois je serais moins... Amical.
- C'est bien toi, Zélos ?"
La question de Sheena lui parut stupide mais c'était plus fort qu'elle.
"- Zélos, le coureur de jupon, le joyeux luron, oui et non. Je ne peux pas en dire plus sans me lancer dans un long et très pénible monologue. Et pour l'instant, j'ai un maître à satisfaire.
- Tu oublis qu'on est six contre toi et que... commença Génis.
- Ne me sous estimes pas. Pourquoi crois-tu que je vous ai laissé l'occasion de me contrer ? Le mana que vous avez senti était un leurre.
- Tu ne toucheras pas à Colette !" déclara Préséa avant de se ruer sur Zélos
La hache siffla et s'abattit sur le sol en ratant sa cible. Zélos donna un coup que Préséa para avec son bras gauche, puis la frappa dans la jambe que cette dernière plia, sous le choc. Un coup de pied formidable la projeta en avant, face contre terre. Elle n'était pas vraiment blessée mais l'humiliation était suffisamment cuisante pour la dissuader de se relever. Une colonne d'eau extrêmement puissante jaillit sous les pieds du jeune Wilder. Le mage du groupe afficha un sourire, mais pas pour longtemps. Le nom d'une célèbre technique d'épéiste retentit : celle du Croc Démoniaque. Il parvient à parer comme il put la vague d'énergie blanche qui déferla sur lui, et à peine eut-il relevé les yeux qu'une deuxième vague le frappa de plein fouet.
"Je t'avais pourtant dit de ne pas me sous estimer ! fit remarquer Zélos. Je ne suis pas aussi gentil que Lloyd, si je te préviens que je te frappes, c'est pas par charité !"
  Soudain il se tourna vers Raine, l'air nerveux. Des runes magiques se tracèrent sur le sol, de toute urgence, il activa sa défense suprême : Gardien. Cependant il ressenti la force des quatre épées lumineuse qui s'abattirent sur son bouclier. La cinquième le fit voler en éclat. La lance sacrée de Raine, c'est vraiment quelque chose ! Une seconde de plus et c'est lui qui était hors combat. "Bien, au tour du cher professeur" pensa-t-il. La demi-elfe, voyant Zélos se rapprocher, savait qu'elle ne pouvait rien faire car, à chaque combat, c'était le groupe qui la protégeait des attaques ennemies. Elle n'était pas apte à faire face à une attaque directe. Sa surprise fut immense en remarquant qu'il lui avait apporté des fleurs. Dans son esprit la confusion fut totale. Toutes les hypothèses se réfutaient et la situation lui échappait totalement. Elle comprit lorsqu'elle respira le pollen des fleurs. Les deux filles qui observait la scène virent Raine vaciller puis s'écrouler lourdement dans la neige.
  Aucune des deux ne savait si c'était Colette qui était passée derrière Sheena, ou bien Sheena qui s'était mit devant Colette. Le seul garçon encore indemne s'approcha d'elle. Son visage était redevenu normal mais il y avait un petit quelque chose en plus, et Sheena ne put s'empêcher de remarquer la beauté de Zélos. Son visage était devenu... Ensorcelant. Avant, la stupidité était le trait dominant chez Zélos dans l'esprit de Sheena. Les récents évènements montraient un autre Zélos. "Sheena écarte-toi" lui ordonna Zélos. Et malgré sa peur et ses membres tremblants, elle s'entendit répondre : "Non, je vais protéger Colette ! Je t'ai déjà prouvé que si je le voulais, je te battais à plate couture !". Et sur ces mots, il dégaina avec une lenteur infinie sa dague en produisant un bruit reconnaissable entre tous. Ce bruit fit fondre ce qui restait de courage à Sheena.
"- De toute façon, j'avais besoin de quelqu'un pour administrer l'antidote à Raine..." fit-elle en s'écartant, vaincue comme lors du combat contre Volt.
- Bien. Colette, il reste que toi et moi.
- N'approche plus ! Si tu fais un pas de plus, je te tue ! Moi aussi je suis une élue, je peux lancer le même sort que toi !
- Oui, tu as raison. Mais si tu fais ça, tes amis vont mourir.
- Tu ne vas quand même pas ...
- Non, c'est toi qui aura leur mort sur la conscience, pas moi. Laisse-moi t'expliquer : tu n'as jamais jeté un sort de ce niveau, tu risques de dépenser tout ton mana et donc de perdre la vie. Si tu survivais, il y a presque 100% de chance que ton sort soit trop puissant et donc causer la destruction de Flanoir ; en revanche, si tu ne mets pas assez de mana, tu te fatigueras pour rien. Après, si tu as envie de tenter ta chance, vas-y ! Je ne t'en empêcherais pas..."
La jeune fille réfléchissa un court instant puis, baissant les armes : "Tu as gagné Zélos... Emmène-moi..."

Il jeta un sort pétrifiant à la blonde et se tourna vers Sheena, un petit flacon dans sa main. "Attrape !" et le lança avec force dans les airs. Sheena eut beau courir, bousculer les passants, sauter comme si ça vie en dépendait... Elle ne retrouva pas le flacon. Elle retourna alors s'occuper de ses amis, les rentra a l'intérieur de la ville et remarqua un petit papier, un vulgaire post-it sur l'épaule de Raine. Il disait : " Auberge de Flanoir à 5h10 " avec apposé en signature un Z majuscule.
 




Créer un site
Créer un site