Dans le jeu "Tales of Symphonia", bien qu'il soit d'origine japonaise, il existe quelques références historiques occidentales :

 

  • Les camps de concentration nazis : ils sont ici représentés par les "fermes humaines". Les prisonniers sont maltraités, soumis à la corvée, et il y a bien de la part des demi-elfes désians une volonté d'extermination de l'espèce humaine. Néanmoins, ce sont des fermes : les dégradations subies ont pour but de faire germer les exsphères implantées au préalable sur les prisonniers, ce qui les transforme en monstres tués de façon industrielle. Les exsphères ainsi libérées peuvent par la suite fournir de l'énergie à un être vivant ou une machine : les fermes humaines sont à la fois des camps d'extermination et des usines d'exsphères.
  • L'Eglise catholique : dans les deux mondes de Tesseha'lla et de Sylvarant, la religion du Cruxis a le monopole. Le nom lui même fait référence au symbole de la croix ("crux" signifie "croix" en Anglais). Les temples sont des églises, on parle de "l'Eglise de Martel". Les idées de salut, de jugement divin, de lumière divine, de sacrifice et la présence d'anges souligne le rapprochement avec l'institution réelle. Le Pontife de Tesseha'lla représente le Pape dans cette fiction.
  • La collaboration avec les nazis : on pourrait interpréter ainsi le fait que le gouverneur de Palmacosta, Dorr, collabore avec les Désians pour sauver sa femme de son apparence monstrueuse et éviter les pressions annoncées par des menaces lorsque le gouverneur précédent, résistant, a été assassiné.

 

 Source : Wikipedia

 

 

Créé avec Créer un site
Créer un site